Images et vidéos au service de l'enseignement des sciences de la nature

Un site destiné aux enseignants et aux élèves, pour observer, s’interroger, comprendre le fonctionnement de la nature et des êtres vivants, et tout simplement devenir curieux !

Annélide

Annélide - gryphea.org
Type : Photographie
Référence : AN 72588
Auteur : Hervé Conge

Pour accéder à tous les contenus de gryphea.org, aux photos haute définition et aux vidéos intégrales, profitez de nos offres d'abonnement :

Légende :

 

Les lombrics sont les plus communs et les plus grands des « ver de terre » communs. Il peuvent atteindre jusqu’à 30 cm de  long. On les trouve dans le sol forestier jusqu’à plusieurs mètres de profondeur, dans les jardins ou dans les prairies, ainsi que les champs riches en humus. Leur couleur brun-rouge est caractéristique, leur peau est irisée, et la moitié postérieure de leur corps allongé est partiellement aplatie, avec une couleur plus claire que celle de la partie antérieure.


En forêt, les lombrics et autres vers de terre jouent une rôle écologique fondamental et indispensable : le creusement de nombreuses galeries dans le sol par les vers favorise à la fois la circulation de l’air et de l’eau des précipitations, mais aussi celle des racines, dont la croissance est ainsi accélérée. En brassant les différents niveaux du sol, en y intégrant les fragments de feuilles mortes disponibles dans la litière, ils favorisent la décomposition de celles-ci par les mycéliums et les microorganismes du sol.


Pour s’alimenter, les lombrics ingèrent de la terre et des fragments végétaux, qui transitent tout au long de leur tube digestif, où une partie de la matière organique est digérée et absorbée, le reste étant expulsé par leur anus sous la forme d’un cordon de diamètre constant, que l’on voit parfois s’accumuler en tortillons à la surface du sol : les terricules.


Les lombrics représentent, de loin, la plus grande part de la biomasse animale dans les forêts tempérées : jusqu’à 7 tonnes de matière vivante à l’hectare (10 000m2 de surface), bien plus tous les autres animaux. Leur vie enfouie les rend néanmoins invisibles aux yeux des promeneurs, ce qui incite à minimiser leur importance.



La suite du commentaire est réservée aux abonnés
Thèmes associés : Microfaune du sol
Mots clés :
verver de terrelombricannélidecorps segmentéreptationenfouissementsol humideenvironnement humidelitièresolécorcebois pourrirespiration cutanéepeau iriséesellereproductionhermaphrodismeaccouplementfécondation croiséerôle écologiqueforêtsol forestierjardinsprairieschampgaleriesréseau de galeriesbrassage du solmélange de la matière organique avec la matière miterriculesbiomassevie enfouie